Religions & Histoire hors-série n° 9
TRESOR DU SAINT SEPULCRE

N° 9 - Avril 2013

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

ISSN : 1772-7200

Le Saint-Sépulcre est, pour les chrétiens, le Lieu saint par excellence. Il fut érigé par la volonté d’un empereur, Constantin Ier, sur l’emplacement du Golgotha, roc sur lequel fut crucifié Jésus, et, à quelques dizaines de mètres de là, sur celui du tombeau présumé du Christ ressuscité. Maintes fois reconstruit depuis l’époque constantinienne, notamment suite aux destructions perpétrées lors des diverses invasions perses puis musulmanes, le complexe conserve aujourd’hui encore une aura particulière. L’étudier, c’est rencontrer l’histoire tant religieuse que politique et culturelle de l’Occident et du Moyen-Orient. À l’occasion de l’exceptionnelle présentation du trésor du Saint-Sépulcre en France au château de Versailles et à la maison de Chateaubriand, Religions & Histoire invite ses lecteurs à revivre la formidable histoire d’un lieu à nul autre pareil.

Actualités

Dossier

Le trésor latin du Saint-Sépulcre : un livre et une exposition
Trésor du Saint-Sépulcre : présents des cours royales européennes à Jérusalem
Les débuts du sanctuaire (IVe-VIIe siècle)
Les premiers pèlerins au Saint-Sépulcre
Le temps des destructions (VIIe-XIe siècle)

Reconquérir le tombeau du Christ. Le temps des croisades

Ce fut une aventure comme on n’en avait plus vue depuis Alexandre le Grand. Le 15 juillet 1099, une horde de guerriers venus d’Europe occidentale s’empara de la ville de Jérusalem occupée par les Arabes depuis 637, terme espéré d’une route qui avait duré trois ans. Le fait d’armes, extraordinaire en soi, ne peut masquer l’enchevêtrement d’autres réalités, plus fantastiques. On savait que Jérusalem était le nombril du monde, le juif romanisé Flavius Josèphe l’avait écrit dès le Ier siècle, au temps où Rome se croyait la capitale du monde. Les chrétiens avaient surenchéri: la cité sainte, siège de David et Salomon, avait été enrichie par la venue de Jésus, par la montée au Calvaire, par la croix du Golgotha et par le tombeau vide. Le sépulcre d’où Jésus était ressuscité représentait le centre du monde passé, un transfert de l’humanité vers un lieu sacré et le dénouement de l’histoire universelle. Voilà ce qu’attendaient de voir enfin les croisés en 1099.

Auteur : Guy Lobrichon

Magazine : Religions & Histoire hors-série n° 9 Page : 34-39

Le Saint-Sépulcre au temps de la domination ottomane
Le Saint-Sépulcre à la lumière de l'archéologie
Les dons des rois de France
Ornements liturgiques du Saint-Sépulcre
La custodie franciscaine de Terre sainte