Religions & Histoire n° 52
L'immortalité. Croyances et pratiques dans les religions du monde

N° 52 - Septembre / Octobre 2013

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

ISSN : 1772-7200

Qui n’a pas un jour songé à l’immortalité? Quelle culture n’a pas imaginé pour l’homme la possibilité d’échapper à la mort, borne apparemment inéluctable de toute existence? Des croyances philosophiques aux pratiques cultuelles, de la théologie aux mythes, partout, sur tous les continents et à toutes les époques, la question de l’immortalité s’est posée. Avec des variantes: ici, on envisage la survie de l’âme ou du corps (voire des deux), là, on parle plutôt de leur possible résurrection; telle pensée prône une quête purement spirituelle, telle autre insiste sur la nécessaire dimension pratique, physique de la recherche. Certes, ce dossier ne constitue qu’un modeste aperçu d’un sujet qui requerrait plusieurs centaines de pages. Mais il entend présenter quelques exemples éclairants de réflexions humaines sur une notion universelle et, osons le dire, éternelle.

Actualités

Dossier

L'immortalité. Sens et conceptions d'une notion complexe
L'immortalité sans l'écriture
L'immortalité, privilège des dieux en Mésopotamie
"Vivre des millions d'années". Immortalité et immortalisation en Égypte ancienne
Immortalité et alchimie intérieure en Chine
L'immortalité dans l'hindouisme
Penser l'immortalité dans le Grèce antique

L'immortalité dans la Rome antique

Le terme latin immortalitas, atis (féminin) désigne au singulier l’immortalité et au pluriel (immortales) les êtres immortels, à savoir les divinités. Les divinités se distinguent ainsi des hommes par le fait qu’elles ne meurent pas. Toutefois, dans la pensée romaine ancienne, les hommes meurent-ils entièrement ou laissent-ils subsister une part d’eux-mêmes, qui serait alors immortelle? Si oui, cette part correspond-elle à l’âme? Est-ce que l’âme subsiste et change simplement de lieu de «résidence»? À en croire les sources écrites (littéraires et épigraphiques) et iconographiques, les réponses sont multiples, parfois contradictoires, souvent ambiguës, et relèvent de croyances personnelles en des doctrines philosophiques dérivées majoritairement de courants grecs. En fait, les Romains abordent généralement la question de l’immortalité par le biais de la mémoire et de la divinisation.

Auteur : Valérie Huet

Magazine : Religions & Histoire n° 52 Page : 52-55

Croire en la résurrection et la vie éternelle dans le judaïsme ancien
Saint Augustin et l'immortalité
Du Coran à la philosophie

Reportage

Focus