Religions & Histoire n° 51
Figurer le Christ

N° 51 - Juillet/Août 2013

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 € 4,50€

ISSN : 1772-7200

Jésus-Christ est partout dans l’art médiéval. Normal, pensera-t-on, puisque le christianisme infuse alors toutes les dimensions de la société. Pourtant, cette présence ne va pas de soi. L’époque tardo antique n’avait-elle pas d’ailleurs bien souvent préféré user de signes ou de symboles pour évoquer le Fils de Dieu? Grâce au dogme de l’Incarnation, les artisans et les artistes peuvent montrer Dieu puisqu’Il a lui-même accepté de se faire homme; mais d’emblée, les questions se multiplient, débattues par les théologiens, discutées lors des conciles et sources de recherches artistiques nombreuses: comment figurer les deux natures du Christ? Comment représenter dans la matière le divin? Comment aussi éviter le culte idolâtrique de ses images? C’est à la découverte de ces interrogations et des formes prises par la figuration du Christ de l’époque antique à l’aube de la Renaissance que convie ce nouveau dossier.

Dossier

Reportage

Focus

Long cours

Les Églises chrétiennes et les comédiens, partie II: de l'aube de la Renaissance à l'époque contemporaine

«Le spectacle, par lui-même, n’est point mauvais; on ne peut donc le condamner d’une manière absolue;
mais il est plus ou moins dangereux suivant les circonstances et l’objet des pièces qu’on y joue […]. La profession des acteurs et des actrices, quoique généralement dangereuse pour le salut, ne doit pas être regardée comme une profession absolument mauvaise.» (Monseigneur Thomas Gousset, archevêque de Reims, Théologie morale à l’usage des curés et des confesseurs, Paris, 1844).

Auteur : Cyril Fargues

Magazine : Religions & Histoire n° 51 Page : 74-79

Tribune libre