Religions & Histoire n° 48
Le Bouddhisme. Histoire, écoles, enseignements

N° 48 - Janvier/Février 2013

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

ISSN : 1772-7200

Le bouddhisme est l’une des plus anciennes religions universelles du monde. Art de vivre, philosophie, sagesse, spiritualité, que cache réellement ce nom inventé par les Occidentaux pour qualifier une religion non théiste présentant une grande diversité de formes et d’enseignements? Comment cette doctrine prêchée dans l’Inde du VIe-Ve siècle avant notre ère par un homme nommé Siddharta a-t-elle pu se propager dans des pays aux structures sociales et culturelles si différentes Pourquoi cette religion par essence monastique rencontre-t-elle un tel succès auprès des Occidentaux? Ce sont toutes ces questions auxquelles se propose de répondre le présent dossier, en guidant le lecteur à travers une présentation chronologique et thématique du bouddhisme. Dossier conçu et rédigé par Cécile CAMPERGUE, docteur en anthropologie, spécialiste du bouddhisme tibétain

Actualités

Dossier

Repères
Naissance du bouddhisme
Les Quatre Nobles Vérités du Bouddha
L'enseignement et la pratique
Ambedkar, les dalit et le bouddhisme
L'expansion du bouddhisme en Asie
Les grandes écoles du bouddhisme
Le bouddhisme en Occident

Le bouddhisme et la mort

La mort, réalité biologique universelle, est aussi une réalité culturelle par les rites et les attitudes qu’elle engendre. Elle est au coeur des préoccupations religieuses du bouddhisme comme elle l’est dans d’autres religions, et donne lieu à des représentations et des cérémonies très diverses, parfois complexes. Au Japon par exemple, le bouddhisme est devenu une véritable institution funéraire, au point que la fonction principale des temples est d’accueillir les rites funéraires et commémoratifs plutôt que l’enseignement du Bouddha. De manière générale, l’impermanence et la mort sont des thèmes chers au bouddhisme pour lequel la seconde n’est qu’une expression de la vie, faite d’apparitions et de disparitions, à laquelle il est bon de se préparer de son vivant grâce à différentes techniques de méditations. Du point de vue rituel enfin, si la crémation est la pratique la plus répandue, il existe aussi des traditions locales peu connues en Occident qui mettent en oeuvre d’autres attitudes envers le corps du défunt, comme par exemple la momification.

Auteur : Cécile CAMPERGUE

Magazine : Religions & Histoire n° 48 Page : 58-61

Le bouddhisme et les femmes
Bibliographie générale

Reportage

Focus

Long cours

Tribune libre