Religions & Histoire n° 46
Hérésies et Inquisition

N° 46 - Septembre/Octobre 2012

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

ISSN : 1772-7200

Lorsque l’on parle d’hérésie dans le monde chrétien, deux périodes sont plus particulièrement concernées: les premiers siècles du christianisme, qui virent diverses pensées théologiques dissidentes s’épanouir, et le Moyen Âge central et finissant, durant lequel flambèrent maints bûchers d’hérétiques. Si les hérésies des premiers siècles, souvent méconnues du grand public mais étudiées par les spécialistes, sont relativement bien définies autour de grandes figures et de lieux de diffusion, les mouvements chrétiens médiévaux qualifiés par l’Église romaine d’hérésies sont plus difficiles à cerner. L’historiographie a longtemps erré de lectures erronées en fantasmes inavoués, donnant de ces groupes une image fausse aujourd’hui largement répandue. Dans ce dossier, les historiens reviennent aux sources des hérésies médiévales en s’appuyant sur les documents textuels et iconographiques. Pour nous, ils débrouillent l’écheveau politique, culturel et théologique qui aboutit à l’invention de l’hérésie médiévale.

Actualités

Dossier

Fiches

La Sibylle de Tibur

Akhenaton et la question monothéiste

Peu de pharaons ont fait couler autant d’encre qu’Akhenaton (vers 1375- vers 1354). Pourtant, le dixième pharaon de la XVIIIe dynastie, qui fut l’initiateur d’un véritable séisme religieux, n’a laissé pratiquement aucun texte ou inscription. Mais ce fils d’Amen-hotep (ou Aménophis) III, qui prit sa succession sous le nom d’Amen-hotep IV avant d’en changer pour celui d’Akhenaton, est considéré comme le premier souverain monothéiste de l’histoire parce qu’il a imposé Aton, le disque solaire, comme seule divinité. C’est cette question très débattue qui a fait sa célébrité.

Auteur : ZETLAOUI (M.)

Magazine : Religions & Histoire n° 46

Mélanges

Cycle des Pères