Religions & Histoire n° 39
La religion des Aztèques

N° 39 - Juillet/Août 2011

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 € 4,50€

ISSN : 1772-7200

Les Aztèques constituent, avec les Mayas, l'un des peuples les plus célèbres de la Mésoamérique préhispanique, en dépit d'une histoire relativement brève : deux siècles seulement séparent leur installation sur les îles du lac Texcoco de l'arrivée des conquistadors menés par Cortés. Parce qu'ils étaient au faîte de leur gloire à l'heure de la conquête espagnole mais aussi en raison des réalisations grandioses de leur vaste empire, ils ont marqué l'imaginaire universel. Aujourd'hui, l'étude des sources archéologiques, textuelles, picturales, permet de mieux comprendre ce peuple et sa culture, en particulier ses croyances et ses pratiques religieuses, longtemps diabolisées par les Espagnols et les religieux venus évangéliser la région. Au-delà des préjugés et des mystères qui persistent, au-delà des sacrifices, sources de fantasmes et d'incompréhension, au-delà même des figures pittoresques d'un panthéon foisonnant, c'est tout un univers infiniment complexe et raffiné qui se dévoile peu à peu, entre trésors archéologiques, faits historiques et mythes séculaires. Découvrez ces sujets dans votre revue d'histoire des religions.

Actualités

Dossier

Fiches

Mélanges

Les reliques des saints dans l'Antiquité chrétienne

Le mot « relique » vient du latin reliquia, « ce qui reste » ou « les restes ». Les Romains employaient ce terme soit pour désigner tout ce qui peut subsister d'un tout matériel ou moral, soit pour nommer les restes d'un mort, ses ossements ou ses cendres. Dans le christianisme, cette locution renvoie aux restes corporels et matériels des saints, qu'ils soient martyrs, confesseurs ou ascètes. Les reliques sont dites primaires lorsqu'il est question des restes corporels et secondaires lorsqu'elles recouvrent l'ensemble des matières et des objets entrés en contact avec le corps d'un saint. Il existe une évolution chronologique dans la conception des reliques entre le temps des premiers martyrs
(IIe siècle) et celui d'Augustin (354-430). De reliques souvenirs pour lesquelles les chrétiens avaient de la révérence par respect pour le saint, elles sont devenues progressivement des objets au pouvoir thaumaturgique.

Auteur : Carine Basquin-Matthey

Magazine : Religions & Histoire n° 39 Page : 68-73

Reportage

Cycle des Pères