Religions & Histoire n° 33
Saint Augustin, l'évêque philosophe

N° 33 - Juillet/Août 2010

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

ISSN : 1772-7200

Cet été, retrouvez l'évêque philosophe Saint Augustin. En 410, Rome tombe sous les coups d'Alaric. En 430, Hippone la Royale est assiégée par les Vandales. L'Empire romain vacille et bientôt sa partie occidentale va disparaître. Augustin assiste à ces événements alors qu'il est déjà âgé (il meurt le 28 août 430) et évêque. Auparavant, il a vécu plusieurs vies : jeune homme ambitieux aux études brillantes, professeur de rhétorique prestigieux, converti passionné, théologien aussi bien que philosophe (les deux étant inextricablement liés), pasteur attentif à son troupeau et surtout écrivain. Un écrivain inlassable qui mit sa plume au service du christianisme et de Dieu. Celui qui devint dès sa mort l'un des Pères de l'Église les plus lus et révérés incarne tout à la fois la figure du Romain érudit et celle du chrétien zélé. Revenons dans ces quelques pages sur la figure remarquable de saint Augustin, de l'Afrique à l'Italie, de Milan à Carthage. Revue - Histoire des religions.

Actualités

Dossier

La situation religieuse dans l'Empire romain à l'époque d'Augustin
La vie mouvementée d'un chercheur de Dieu
Les Confessions d'Augustin

Un christianisme philosophant et philosophé

Augustin se voit justement crédité d'une réputation de « philosophe » pour une œuvre qui recèle nombre de thèmes et même de livres dits « philosophiques ». On lui reconnaît généralement d'avoir assuré la transmission de la philosophie antique au Moyen Âge en ayant introduit dans la pensée occidentale l'idée que la philosophie fait partie de la culture chrétienne, comme un outil indispensable à ce qu'il nomme lui-même « l'intelligence de la foi ». La distinction ultérieure, d'époque scolastique, entre la philosophie et la théologie n'est de fait d'aucun secours pour l'analyse de sa pensée. Raison et foi s'entrelacent chez lui sans lassitude : il faut croire pour comprendre et comprendre pour croire, et ces deux activités, aussi bien dans leurs objets que dans les facultés qu'elles mettent en œuvre, ne sauraient être opposées.

Auteur : Catherine Lefort

Magazine : Religions & Histoire n° 33 Page : 34-37

Date : 30/06/2010

La correspondance d'un philosophe ?
Augustin, pourfendeur d'hérétiques ?
Saint Augustin, "docteur de la grâce"
Le traité sur la Trinité de saint Augustin
L'expérience du Verbe chez saint Augustin

Fiches

Mélanges

Reportage

Cycle des Pères