Religions & Histoire n° 27
Les voyages des apôtres dans la littérature apocryphe

N° 27 - Juillet/Août 2009

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

ISSN : 1772-7200

À l'heure où la plupart des Occidentaux partent en vacances, le voyage déploie tout son pouvoir de séduction. Ne font-elles pas rêver, les destinations ensoleillées où les apôtres ont été appelés à se rendre : Rome (Pierre), l'Achaïe (André), l'Inde (Thomas), l'Asie Mineure (Jean), l'Espagne (Simon)… ? Et pourtant, les apôtres rechignent à partir. Non pas tellement parce que les voyages étaient périlleux, mais parce que la tâche qui les attendait n'était pas de tout repos. Mandatés par le Christ pour proclamer l'Évangile dans le monde entier, les apôtres vont se heurter à des résistances locales impitoyables allant jusqu'à causer leur martyre. Mais les apôtres ne font pas que sillonner la terre habitée. Leurs déplacements sont aussi, parfois, verticaux. C'est pourquoi ce dossier inclut les voyages dans les cieux ou dans les enfers, qui ne sont pas intrinsèquement différents des voyages terrestres, quoiqu'ils relèvent d'une tradition littéraire spécifique : l'apocalyptique. Bien que le divertissement soit une composante majeure de ces récits, il ne saurait occulter leur visée édifiante et symbolique : les Actes apocryphes d'apôtres, comme les apocalypses apocryphes, tiennent un discours sur la destinée humaine. Dans votre revue d'histoire spécialisée dans les religions.

Actualités

Dossier

Fiches

Charles Darwin (1809-1882)

Les jumeaux dans la mythologie

Héros créateurs ou protecteurs, symboles de la dualité, les jumeaux ont une place de choix dans les mythologies de nombre de civilisations et cultures. Dotés de double vue en Afrique noire, hommes-médecines chez les Pueblo d'Amérique, fondateurs de cités et héros pour les Grecs et les Romains, les jumeaux sont sans conteste en relation avec les forces divines. Georges Dumézil, qui a étudié et comparé leur place dans la mythologie indo-européenne – jumeaux arméniens, indoiraniens, scandinaves, védiques ou grecs –, a noté qu'ils se situaient souvent entre les hommes et les dieux.

Auteur : Sabine JOURDAIN

Magazine : Religions & Histoire n° 27

Date : 29/07/2009

Mélanges

Initiation