Religions & Histoire n° 21
Le jaïnisme

N° 21 - Juillet/Août 2008

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 €

ISSN : 1772-7200

Si le jaïnisme est l'une des trois grandes religions de l'Inde, aux côtés du bouddhisme et de l'hindouisme, il est pourtant moins connu que ces derniers. Cela tient sans doute aux points communs qu'il partage avec le bouddhisme ancien : même région d'origine, l'est de l'Inde ; mêmes milieux, les familles princières ; même époque, vers le VIe-Ve siècle avant notre ère ; mêmes préoccupations, une religion et une philosophie qui ont pour origine des maîtres humains – les Jina, ?Vainqueurs?, pour le jaïnisme -, et qui visent à libérer l'être humain du cycle infini des réincarnations (samsâra) ; organisation analogue de communautés centrées autour de religieux dont la subsistance n'est assurée que grâce au soutien matériel des fidèles laïcs. Pourtant, le jaïnisme constitue une tradition bien distincte dont l'originalité incontestable a été établie vers la fin du XIXe siècle par la recherche occidentale. À la différence du bouddhisme, il s'est maintenu en Inde jusqu'à nos jours. Sa présence économique, intellectuelle et religieuse est sans commune mesure avec l'effectif de la population qui se dit jaïne : 0,4%, soit un peu plus de quatre millions sur une population totale de plus d'un milliard d'Indiens. Les jaïns se plaisent à souligner la modernité de leur doctrine : la non-violence (ahimsâ) et la solidarité du monde vivant définissent pour eux une écologie avant l'heure. Encore peu ou mal connus, souffrant d'une image parfois caricaturale, les Quakers de l'Orient, les capitalistes sans capital, comme on les a surnommés, méritent de susciter intérêt et respect : ils sont une composante fondamentale du passé, du présent, et, n'en doutons pas, du futur de l'Inde.

Sommaire

Fiches

9a La chronologie des Croisades

À l'aube du Ier millénaire, la chrétienté s'inquiète de la sécurité de ses fidèles en Orient et décide de délivrer le saint sépulcre (le tombeau du Christ à Jérusalem), qui se trouve aux mains des musulmans depuis quatre siècles. À la fin du XIe siècle, des pèlerinages en armes, les croisades, sont prêchés par le pape Urbain II ; on les appelait également ?voyages à Jérusalem? ou ?passages d'outre-mer?. Outre les huit grandes expéditions de 1096 à 1270, les seules évoquées ici, d'autres événements sont appelés croisades : contre les musulmans en Espagne, les païens de la Baltique, les Mongols en Pologne, les cathares dans le sud-ouest de la France, ou celles visant à renforcer l'autorité des États pontificaux.

Auteur : Fournié Éléonore

Magazine : Religions & Histoire n° 21

9B Le Livre des Morts