Religions & Histoire n° 14
Sacrifices et offrandes dans la Grèce antique

N° 14 - mai/juin 2007

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

9,00 € 4,50€

ISSN : 1772-7200

Il existe toujours dans les rapports de l'homme à la nature et des hommes entre eux quelque chose qui relève de la transcendance. C'est le domaine de la religion au sens large, englobant les croyances, les mythes, les spiritualités et les religions dans l'acception exacte du mot qui implique l'intervention divine et une pratique codifiée par des textes. La religion au sens large est l'objet de cette nouvelle revue. Il s'agit non pas de la religion vécue ni de l'insertion de la religion dans le monde contemporain, mais de la religion objet d'observation et de connaissance. Pour chaque domaine religieux nous avons fait appel à un ou plusieurs historiens dont les travaux sont notoires. Ces historiens composent le comité scientifique de la revue. La collaboration qu'ils nous ont apportée dès le début nous a permis de découvrir l'extrême richesse des connaissances actuelles, généralement méconnue parce que peu divulguée. Religions & Histoire, se tenant à l'écart des interprétations ou transpositions qui dénaturent toujours les faits historiques, demandera à des historiens d'exposer les connaissances acquises. Seul le scrupule de l'historien préserve pour le lecteur la liberté d'esprit qui lui permet de s'informer véritablement.

Sommaire

Actualités
REPORTAGE : CHYPRE, SUR LES TRACES DU CHRISTIANISME

DOSSIER : SACRIFICES ET OFFRANDES : COMMENT LES GRECS PARLAIENT AUX DIEUX

Dans la Grèce antique, la religion faisait partie du quotidien ; sacré et profane étaient étroitement imbriqués. Pour les hommes, il était crucial de pouvoir entrer en communication avec les dieux : nombre de rites furent ainsi inventés pour s'allier les Immortels, les appeler ou les remercier. Parmi ces rites, le plus couramment pratiqué étant le sacrifice – en particulier le sacrifice sanglant, qui consistait à mettre à mort un animal en l'honneur d'une divinité – et, parallèlement, le don d'offrandes. La religion grecque était donc basée sur l'échange et la réciprocité : les dieux accordent leurs faveurs et les hommes, en retour, les honorent et leur témoignent fidélité et gratitude. Mais parler aux dieux, chercher à s'attirer leurs bonnes grâces, c'était aussi reconnaître son statut de mortel. S'il semble possible d'influer, dans une certaine mesure, sur le cours des événements, les dieux restent maîtres des destinées.

Auteur : Stella GEORGOUDI (Conseiller scientifique)

Magazine : Religions & Histoire n° 14 Page : 26-74

> Cadre historique et carte
> Le sacrifice en Grèce ancienne, rite fondamental d'une religion polythéiste
> Sacrifices publics, sacrifices des particuliers : des rites faisant participer l'ensemble de la cité
> Sacrifier aux dieux pour connaître leur volonté : la divination
> Le sacrifice humain : Une question controversée
> Ouvrir le temps des dieux : la libation
> Des kyrielles d’offrandes pour sceller la communication avec les dieux
>Tuer pour les dieux : le sacrifice sanglant
MÉLANGES : LES FLEURS DANS L’ICONOGRAPHIE CHRÉTIENNE : IMAGES DE LA BEAUTÉ ET DU PARADIS
INITIATION : LE MAHABHARATA : UNE ÉPOPÉE AU CŒUR DE LA LITTÉRATURE SACRÉE DE L'HINDOUISME

Fiches