Pour bien démarrer l'année, profitez de
-5€ sur votre 1
e abonnement puis -10€ sur les suivants avec le code promo JANV21 !
🚚 Faton.fr continue de vous livrer dans les meilleurs délais ! Plus d'informations.

Religions & Histoire hors-série 1 SP
Enseigner le fait religieux

N° 1 - mars 2010

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

7,80 €

ISSN : 1772-7200

Religions & Histoire s'associe pour la première fois à un organisme universitaire pour publier un numéro spécial consacré à l'enseignement du fait religieux, ou des sciences religieuses si l'on préfère, dans le premier degré, le secondaire et le supérieur. Il faut dire que ce sujet est de ceux que l'on aimerait voir mieux diffusé : parce qu'il est important et même crucial pour des raisons culturelles et civiques que les enfants et les étudiants bénéficient de cet enseignement prévu par la loi mais encore largement ignoré dans les faits, et parce qu'il faut encore et toujours lever des préjugés. L'enseignement des religions, de leur histoire, de leur influence sur la culture a sa place dans l'école laïque d'aujourd'hui. Ce numéro propose quelques textes et avis énoncés lors du symposium extraordinaire qui s'est tenu en octobre 2009 au Centre universitaire catholique de Bourgogne.

Articles

L'enseignement du fait religieux, une question sensible
Religions et culture
Les religions sous le regard des médias
L'islam face à la transmission des savoirs
La scolarisation des religions
Laïcité et enseignement catholique sous contrat face à l'enseignement du fait religieux
L'enseignement des religions vu d'ailleurs
Le savoir et le croire
Ce qu'apporte l'étude des textes

La médiation artistique

Le débat sur l'enseignement des faits religieux inclut depuis longtemps la question du patrimoine artistique. La référence à l'art est en effet apparue dès les premières réflexions des années quatre-vingt sur la nécessité d'un enseignement scolaire d'histoire des religions. Il s'agissait alors de pallier l'inculture religieuse croissante des élèves, dont l'une des manifestations les plus évidentes semblait être l'incompréhension d'une grande partie des œuvres d'art du monde occidental. L'argument patrimonial ne fut pas le seul invoqué, mais il offrait la mesure objective d'une rupture culturelle. Celle-ci, liée plus largement à l'affaiblissement des humanités dans l'enseignement, affectait tout autant la culture gréco-romaine et bien des domaines de la littérature que les repères d'iconographie chrétienne, si comiquement malme­nés par les élèves. Mais pour les thèmes religieux dont la transmission familiale chutait depuis les années soixante à la suite de la sécularisation et de la baisse de la pratique religieuse, il sembla que les conséquences dépassaient largement la problématique de la transmission de la foi pour affecter, dans le cadre laïque, celle de l'identité culturelle d'une génération.

Auteur : Isabelle Saint-Martin - Dominique Ponnau - André Dupleix

Magazine : Religions & Histoire hors-série 1 SP Page : 68-71

Date : 20/04/2010